English version
Consultez et transmettez les observations d'oiseaux à La Réunion
Accueil   /   Fiches oiseaux   /   Pétrel noir de Bourbon
Toutes les espèces
Endémiques
Indigènes
Introduites
Migratrices
Occasionnelles
Disparues
 
Pétrel noir de Bourbon
Fouquet Noir, Timize Pseudobulweria aterrima
IDENTIFICATION
Sexes semblables. Plumage entièrement brun noir fuligineux. Bec court, robuste, noir. Pattes bicolores : tarse et partie proximale de la palmure rose chair, doigt externe et les 2/3 distaux de la palmure noirs. Dans la nature : Ce Pétrel de taille assez petite est uniformément noir et d’allure massive. Les ailes sont modérément longues. Il se distingue du Puffin du Pacifique, beaucoup plus commun, par son format plus réduit et trapu, le bec court et noir et les pattes en grande partie noires. Il peut aussi être confondu avec P. macroptera et la phase sombre de P. arminjoniana respectivement visiteur et nicheur à Maurice, l’un et l’autre pouvant éventuellement fréquenter les eaux de La Réunion.
HABITAT
Océans tropicaux et subtropicaux
COMPORTEMENT
Inconnu.
REPRODUCTION
Inconnue. Sûrement nicheur à La Réunion bien qu’aucun nid n’ait été découvert. Les rares individus adultes qui ont été recueillis durant les mois de décembre et janvier présentaient une plaque incubatrice ; de plus, l'essentiel des juvéniles trouvés échoués au sol sont recueillis au mois de mars. Cela tend à confirmer que la reproduction a lieu durant l'été austral.
REGIME ALIMENTAIRE
Les procéllaridés se nourrissent de petits poissons, de petits crustacés et de jeunes calamars.
STATUT
Ce Pétrel, endémique de La Réunion, est un des oiseaux de mer les plus rares du monde et le plus énigmatique des oiseaux actuels de la Réunion. Longtemps tenu pour disparu, il n’était connu jusqu’en 1970 que par quatre spécimens naturalisés au XIXe siècle et conservés dans divers musées d’Europe ( Paris, Leyde, Cambridge). A la fin du XIXe siècle, à la suite d’une demande adressée par le directeur du Musée de Port Louis de l’Ile Maurice, à Auguste Lantz, directeur du Muséum de Saint-Denis, Auguste de Villèle avait procuré, dans l’année, à celui-ci 6 spécimens. Ceci laisse penser qu’il connaissait les lieux de reproduction et que l’espèce était peut-être plus abondante à cette époque. Plus récemment, des primes offertes par des ornithologues qui soupçonnaient son extinction aboutirent à la découverte de deux sujets, trouvés au sol, à l’Entre-Deux (1970) puis à Bois-Rouge (1973) prouvant ainsi que l’espèce n’était pas éteinte. Depuis 1997, 45 oiseaux vivants ont été apportés à la SEOR dans le cadre de la Campagne « Sauvons Les Pétrels » et grâce aux efforts conjoints des participants du réseau de sauvetage 42 oiseaux ont pu reprendre leur envol après avoir été bagués. Ceux-ci ont apporté des informations supplémentaires sur l’espèce et le formidable espoir de faire connaître à nos enfants cet oiseau si énigmatique. Le Pétrel noir est endémique de La Réunion et protégé. Ses plus proches parents habitent des îles montagneuses du Pacifique, Marquises, Tahiti, Nouvelle-Calédonie ( P. rostrata ), Salomon ( P. becki ), Fidji ( P.macgillivrayi )
Ordre : Procellariiformes
Famille : Procellariidés
BIOMÉTRIE
Taille : 33 cm
Poids : 170 - 270 g
Envergure : 88 cm
Statut de conservation UICN
EX
EW
CR
EN
VU
NT
LC
 
NE
Distribution : endémique de La Réunion
Chant : Téléchargez le MP3